Solution mariage Prestataire organisation mariage
Publié le - 91 aff. -

La limite de l’échange du consentement d’un mariage

Quand on analyse les choses, on constate que le mariage religieux et civil n’a pas trop de différence. En fait, si l’Eglise a oublié qu’un mariage ne se construit pas en un simple amen, et je le veux, mais il y a vraiment cet échange de paroles et de consentement, d’où la signature à la mairie.

Alors, ou peut-on limiter le contrat du mariage ?

En fait, quand on veut se marier, c’est que l’on est attiré par l’un que l’autre. Et là, la réalité d’attirance entre deux personnes de mêmes sexes est encore un ambigüe à analysé si ce n’est pas une sorte d’abandon et non d’union. Mais bon, on se marie parce qu’on est deux, et on veut fonder une famille. Là encore, une famille se compose d’un père, une mère et des enfants, alors pour le couple qui ne peut pas avoir des enfants, vaut mieux se pacser. Et le mariage demande une obligation, et c’est là que ça se complique un peu, car il existe des personnes qui se marient, parce qu’ils ne peuvent juste pas assumer sa vie tout seul. Logiquement, on se marie sans avoir aucun antécédent, pour construire une vie et avoir des enfants ensemble. Et puis d’ailleurs en cas de décès du père, on stipule bien dans un article du mariage que seul les enfants héritiers du couple auront droit au partage de leurs biens communs.

Le mariage civil ou religieux

Normalement, on doit faire les deux ensembles, et le premier se fera à la mairie. Oui, le mariage est un contrat, et les deux personnes se doivent de respecter les obligations infligées dans ce mariage. Ensuite, le mariage est sacré, car l’église donne la bonne éducation d’être libre face aux obligations données, de rester fidèle, et fécond. Chaque culture est différente selon les pays, mais un mariage reste un évènement à célébrer. Il y a beaucoup d’avantages dans un mariage civil, comme la couverture sociale du conjoint qui exige un changement de domicile, la filiation d’un enfant, une allocation de veuvage ou part de retraite pour la conjointe et le droit à la succession.

Si le couple n’a procédé que la célébration religieuse, ces obligations ne sont pas fondées. Et dans un statut pacsé non plus, les obligations ne sont que purement professionnel.

Les publications similaires de "Infos"

  1. 20 Août 2019Confier son mariage à un expert100 aff.
  2. 30 Mai 2019S'inspirer pour faire la plus belle des deco tables pour un mariage218 aff.
  3. 26 Déc. 2018Les endroits magique en région Parisienne351 aff.
  4. 20 Déc. 2017Pacs et impôts941 aff.